portrait_AL.jpg

La compagnie

 

est née en 2007. Elle est un lieu de recherche et de création dans le champ du théâtre musical centré sur les questions de la mise en corps et en espace de la musique. Qu’il s’agisse d’oeuvres de répertoire ou de créations contemporaines, ses spectacles proposent une lecture des oeuvres ancrée dans la réalité d’un quotidien en contact avec les enjeux de notre société.

Sa directrice artistique Alexandra Lacroix travaille la dramaturgie des spectacles en échange constant avec le directeur musical et/ou le compositeur pour penser en cohérence les dramaturgies de la scène et de la musique et collabore avec des chorégraphes, créateurs sonores, plasticiens, sociologues et musiciens avides d’échange et d’expérimentation. 

En parallèle de ses créations, la compagnie mène des actions pédagogiques et sociales dans le but de sensibiliser les jeunes (scolaires de la maternelle au lycée et conservatoires) et les publics plus défavorisés (Halte d'accueil des migrants de l'Armée du Salut, Centres sociaux, Maison Cousté à Cachan, les foyers OMJA et ANGI)...

La Compagnie est en résidence à Mains d’Oeuvres.

Alexandra Lacroix – DIRECTRICE ARTISTIQUE
 

Elle a étudié à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs de Paris.
En 2007, elle fonde la Compagnie de théâtre musical MPDA dont elle assure la direction artistique. Elle y recherche une nouvelle façon d’appréhender l’espace et le public en questionnant le rapport scène/salle et la mise en mouvement et en corps des musiciens.

 

Alexandra a créé une vingtaine de spectacles, notamment Les Illuminations de Britten (dir. Adrien Perruchon) au Centquatre avec l'Orchestre de chambre de Paris, L’Arlésienne à l’Opéra Comique avec l’Orchestre de chambre Pelléas, La Chatte métamorphosée en femme (dir. Benjamin Lévy) au Musée d’Orsay, Orphée et Eurydice de Gluck, Didon et Enée de Purcell, Il Mondo della luna de Haydn (dir. Camille Delaforge) au théâtre Mouffetard où elle est artiste associée, un tryptique d’après les Passions de Bach (direction Christophe Grapperon) :  Et le coq chanta… au Théâtre de l’Athénée, D’autres le giflèrent au Carreau du Temple, Puis il devint invisible au Théâtre Jean-Vilar de Vitry, Trauma à la Maison des Métallos, Voix intimes 14-18 et Ravel, croisière intime à l’Opéra de Limoges… 
 

Elle crée avec le réseau ENOA (Festival Aix-en-Provence) Be My Superstar, a contemporary tragedy, un opéra interactif et immersif sur le harcèlement et The Carmen case composé par Diana Soh (dir. Elena Schwarz) avec la complicité des Théâtres de la Ville de Luxembourg, LOD muziektheater, Gulbenkian Foundation, Dutch National Opera, Snape Maltings, la Chapelle musicale Reine Elisabeth.
L’Opéra de Limoges lui commande l’écriture et la conception d’une adaptation de Les Chaises d’Eugène Ionesco. 
 

Elle est marraine opéra du Talentlab des Théâtres de la Ville de Luxembourg.